RESET | FONDATION CLEMENT,  25 MAI-18 JUILLET 2018

Intercesseur - photo JB Barret

Grandes figures articulées, les intercesseurs semblent avoir ingurgité le chaos. Chamanes, ils transitent entre les mondes afin de guérir et instruire les hommes. Dans Reset ils renvoient aussi à la création. Et qu’ils soient fictifs ou réels, animés ou inanimés, ils participent à l’émergence de l’œuvre

Accrochage RESET
Accrochage RESET
Accrochage RESET
Accrochage RESET
Entrée Sucrerie -  photo JB Barret

Reset est une cosmogonie, un récit de la création du monde. Au commencement était le vivant, pullulant, immergé dans un complexe réseau de liens. C’est le chaos. Ici commence la lutte incessante et acharnée entre l’ordre et le désordre. Le travail minutieux et intuitif de Ricardo Ozier-Lafontaine se décline en séries qui mettent en lumière la tension constante entre l’irruption du chaos et les tentatives de le structurer et de l’organiser.

Vue générale réel  et villes - photo JB Barret
Vue générale : vivant reel reset - photo JB Barret
Reset vivant et signe
Reset vivant et villes
RESET reel et reset
reset signes détail
reset signes détail
affiche extérieur accueil
reset et topographie
reset avec public photo Vincent gayraud
intercesseur gardien
intercesseur gardien
affiche aéroport Aimé Cesaire
intercesseur
conférence Matilde dos Santos |RESET : mémoire, guérison et réenchantement du monde Fondation Cléme

Du récit cosmogonique de RESET, émerge la figure de l’intercesseur (le chamane), renvoyant en partie au rôle de l’artiste lui-même. L'œuvre de Ricardo Ozier-Lafontaine se trouve ainsi en résonnance avec celle d'autres artistes ayant travaillé autour du chamanisme. Mais quelle est donc cette figure, le chamane et comment elle est traitée par les artistes contemporains ? Peut-on parler d’une implication, d’un engagement de l’artiste et si oui lequel? L'artiste est-il un chamane?

Atelier avec l artiste
affiche extérieur accueil
ciné-expo orpheo Negro
Les intercesseurs, photo Aya N Da
intercesseur détail
intercesseur